Children's Rights and Child Care



White House in a Grey City
Written and Illustrated by Itzchak Belfer
A Child of Janusz Korczak

Notre Bureau s’est associé à la Janusz Korczak Association of Canada afin de faire paraître deux livres écrits par des personnes qui, enfants, ont vécu au cours des années 1930 et 1940 dans un orphelinat en Pologne, dirigé par un homme que beaucoup ont considéré comme « le père des droits de l’enfant ».

Ces livres ont été publiés pour démontrer que les soins en établissement peuvent respecter les droits et la personnalité des enfants et des jeunes, et pour montrer à quel point la situation peut être différente pour les enfants actuellement pris en charge.

Le dernier de ces deux livres « White House in a Grey City », écrit par Itzchak Belfer, peut être téléchargé ici.

Cliquez ici pour télécharger le livre

Belfer memoirs


Taking Root:
My life as a child of

Janusz Korczak
–the father of children’s rights–
The biography of
Shlomo Nadel

Par la ratification de la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies en 1991, le Canada s’est engagé à veiller à ce que les enfants soient traités avec dignité et respect. Cet engagement sous-tend que les enfants doivent avoir la possibilité de se faire entendre, d’être protégés contre les dangers, de voir leurs besoins fondamentaux comblés et de réaliser leur plein potentiel.

La Convention est fondée sur quatre principes:

  • Article 3 : Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.
  • Article 6 : Tous les enfants ont le droit à la vie, à la survie et au développement.
  • Article 12 : Tous les enfants ont le droit de participer.
  • Article 2 : Tous les enfants bénéficient de ces droits, sans discrimination ni exception.

La Convention reconnaît également le rôle clé que les parents et les familles jouent dans la vie des enfants et des jeunes. Pour obtenir une liste complète des droits figurant dans la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies, veuillez consulter ici (version anglaise seulement).


Dr Janusz Korczak : le défenseur des droits de l’enfant

Le Dr Janusz Korczak (1878 -1942) était pédiatre, auteur et défenseur des droits de l’enfant. Il est considéré comme la principale source d’inspiration de la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies - un des instruments relatifs aux droits de la personne les plus largement adoptés au monde. Adoptée en 1989, la Convention a changé la façon dont les enfants étaient considérés et traités en mettant de l’avant les droits inaliénables de chaque enfant dans trois principaux domaines : la prestation de services, la participation et la protection. Aujourd’hui, le traité sur les droits de la personne a été ratifié par 194 pays, dont le Canada.

Pendant les années 1920 et 1930 et jusqu’à sa mort en 1942, le Dr Korczak s’est consacré à la santé et au bien-être des orphelins de la Pologne, et il a fondé un orphelinat à Varsovie d’après un modèle de soins tout à fait unique, s’inspirant d’une république pour enfants.


Lancement du livre : My Life as a Child of Janusz Korczak, the Father of Children’s Rights – The biography of Shlomo Nadel

À l’automne 2015, le Bureau de l’intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes s’est associé à la Janusz Korczak Foundation of Canada pour publier le livre de Lea Lipiner intitulé : My Life as a Child of Janusz Korczak, the Father of Children’s Rights – The biography of Shlomo Nadel. Pour souligner la Journée internationale des droits de la personne le 10 décembre, l’Intervenant provincial et UNICEF Canada ont organisé un lancement de livre à la Législature de l’Ontario (avec une exposition de photos tirées du livre) et invité le gouvernement provincial et des responsables de la protection de l’enfance à tirer des enseignements du « père des droits de l’enfant ».


Cliquez ici pour télécharger le livre



Cliquez ici pour consulter le communiqué et les documents
d’information sur le lancement du livre

 


Cliquez ici pour voir le diaporama des photos de l’orphelinat du Dr Korczak prises par Shlomo Nadel (source : site Web de la Janusz Korczak Association of Canada)


Ressources et activités connexes



Biographies

  • Dr. Janusz Korchak
  • Janusz Korczak, dont le pseudonyme était Henryk Goldszmit (22 juillet 1878 – août 1942), était un auteur, pédiatre et pédagogue juif polonais, devenu un héros de l’Holocauste. Très tôt, il s’est posé en défenseur des droits des enfants, prônant la dignité humaine et le respect et insistant sur la valeur du dialogue avec les enfants considérés comme des amis et des partenaires. Janusz Korczak est devenu un symbole international de la lutte pour la justice sociale et des droits des enfants vulnérables, et outre de nombreux groupes de défense, ses théories ont inspiré la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant, l’un des instruments juridiques les plus largement adoptés dans le monde.

    Pendant les années 1920 et 1930, et jusqu’à sa mort en 1942, Janusz Korczak a axé ses efforts sur la santé et le bien-être des orphelins de Pologne. Il a fondé un orphelinat qui reposait sur une philosophie unique de soins centrés sur les enfants, où les enfants et les jeunes contribuaient à leur propre production alimentaire, rédigeaient et publiaient leur propre journal, formulaient leurs propres besoins, et faisaient appel à leur propre tribunal des enfants pour régler les problèmes de comportement. Pour une biographie complète, veuillez consulter le site de l’Association Janusz Korczak du Canada à http://www.januszkorczak.ca/biography/ (en anglais seulement).

    Au départ, l’orphelinat de Janusz Korczak accueillait des enfants de toutes origines. Toutefois, après l’occupation de Varsovie par l’Allemagne nazie, les enfants qui n’étaient pas juifs lui furent retirés, tandis que les orphelins qui restaient se retrouvèrent isolés dans le ghetto juif. Janusz Korczak est plus connu pour la célèbre « Marche des enfants ». Bien qu’il ait bénéficié d’un sursis quand le personnel et les enfants de son orphelinat ont reçu l’ordre d’être déportés, il a refusé de les abandonner. Le 5 août 1942, il les a donc tous accompagnés à pied à travers le ghetto de Varsovie jusque dans les wagons à bestiaux qui allaient les mener aux chambres à gaz de Treblinka, où ils devaient mourir ensemble. Un témoin raconte la scène.

    « Marchant en rangs serrés, corps contre corps, sous la coupe des gardes qui agitaient leur fouet de tous côtés, cette masse humaine fut forcée de courir vers les quais. Soudain, le commandant ordonna à la police secrète de reculer. À la tête de la colonne se trouvait Janusz Korczak! Non, comment était-ce possible? Je n’oublierai jamais cette scène. Contrastant avec la masse humaine que l’on conduisait comme des animaux à l’abattoir, est apparu un groupe d’enfants qui marchaient en formation. Il s’agissait des enfants d’un orphelinat qui avançaient en rang par quatre derrière Janusz Korczak. Il avait les yeux levés vers le ciel. Même le personnel militaire s’immobilisa pour le saluer. Quand les Allemands aperçurent Janusz Korczak, ils demandèrent : « Qui est cet homme? »

  • Shlomo Nadel
  • Shlomo Nadel est né en 1920 à Varsovie, en Pologne. Au décès de son père alors qu’il était encore très jeune, sa mère a été contrainte de placer Shlomo à l’orphelinat du Dr Korczak et son frère cadet Simcha (Samek) dans un tout autre type d’orphelinat. Shlomo Nadel a bien profité de son séjour (de 1927 à 1935) à l’orphelinat, dont il était devenu le photographe attitré. À l’époque, c’était dans la politique de l’orphelinat « d’autoriser le départ » des enfants à 15 ans. Une dure réalité à laquelle Shlomo Nadel a dû faire face, même si les compétences acquises à l’orphelinat devaient s’avérer très utiles.

    Shlomo Nadel a vécu dans le ghetto de Varsovie quelque temps avant de quitter la Pologne pour la Russie en 1939. Lors de son départ, on lui a volé ses photos sous la menace d’un couteau, et ce n’est que grâce à l’intervention inattendue d’un officier allemand qu’il les a récupérées et qu’il a pu s’échapper. Sa mère qui avait refusé de quitter la Pologne allait y périr, tout comme son frère Samek. Shlomo Nadel a travaillé dans un laboratoire photographique en Russie, jusqu’à ce qu’il soit mobilisé au déclenchement de la guerre entre l’Allemagne et la Russie pour aller réparer des voies ferrées dans l’Oural. Un jour, sans raison apparente, il a apporté son album photo au travail. En rentrant le soir, il a appris que les dortoirs des ouvriers avaient été détruits par un incendie. C’était la deuxième fois que ses photographies survivaient miraculeusement. Shlomo Nadel a épousé sa femme Frieda en 1946 et ensemble, ils ont émigré en Israël en 1950, où il a tenu un magasin de photos et a commencé à participer aux activités de la Société Janusz Korczak. Les photographies de Shlomo Nadel ont fini par atteindre la Terre d’Israël, et elles sont désormais exposées au Musée du Mémorial de l’Holocauste des États-Unis. Aujourd’hui, Shlomo Nadel et sa famille vivent à Ramla, en Israël.

  • Lea Lipiner, auteure
  • Lea Lipiner avait huit ans quand elle a déménagé en Israël en 1957. Sa sœur et elle ont passé leurs premières vacances d’été dans la maison de Shlomo Nadel et de sa famille, des amis proches des parents de Lea Lipiner. Au fil des années, Shlomo Nadel a invité Lea Lipiner à participer à ses rencontres avec des enfants et des responsables des jeunes du foyer pour enfants de Janusz Korczak, qui vivaient en Israël. Elle attribue à ces expériences sa décision d’entreprendre une carrière dans le domaine de l’éducation. Les méthodes pédagogiques de Janusz Korczak ont influencé son travail tout au long des trente cinq années où elle a enseigné à de jeunes enfants dans différentes régions d’Israël et à l’étranger. Étant donné leur relation privilégiée et l’admiration que Lea Lipiner porte aux enseignements de Janusz Korczak, Shlomo Nadel lui a demandé d’écrire ses mémoires. Lea Lipiner vit en Israël avec son mari et sa famille.